levels levels levels difficulty difficulty difficulty cout cout < cout lesson tuto surfer link instagram tumblr twitter facebook pen profile amenagement-littoral calendar changements-climatiques cours dechets-aquatiques illustration lesson lexique share patrimoine-vagues plus qualite-eau quiz ressource surf-et-patrimoine text tick video watch fullscreen mask mask-show credits down-arrow close heart code arrow-right file transport-marine zoom reload-alt

Le 7eme Continent

Collège / Lycée Déchets Aquatiques 15 mins

« Septième continent de plastique », vous avez très certainement déjà entendu ce terme, mais savez-vous de quoi il s’agit ?

Les déchets marins

L’augmentation de la consommation de plastique a des impacts directs sur l’environnement et sur l’Homme, chaque année ce sont environ 8 millions de tonnes de déchets qui finissent dans les océans. Charriés par les courants marins, les déchets se retrouvent au large et 70 % finissent par couler. Qu’en est-il des 30 % restants ? Une partie est recrachée par l’Océan sur nos plages, mais une partie continue à dériver. Au grès des vents et des courants ces déchets s'accumulent dans des zones appelées gyres océaniques ou continents de déchets

Les gyres océaniques

Les gyres océaniques sont des tourbillons d’eau formés par les courants marins de surfaces, eux même influencés par la rotation de la Terre. Ces courants tournent dans le sens des aiguilles d’une montre dans l’hémisphère Nord et dans le sens inverse dans l’hémisphère Sud. Sur Terre, il existe 5 zones où ce phénomène se produit : deux dans le Pacifique, deux dans l’Atlantique et une dans l’Océan Indien

Les continents de platique

Infographie sur le 7 ème continent de déchets

Le 7ème continent de plastique

C’est l’océanographe américain Charles Moore qui en 1997 va faire une étrange découverte dans l’Océan Pacifique : une immense étendue de déchets plastique, désormais plus connue sous le nom de « Great Pacific Garbage Patch » (Grande Plaque de Déchets du Pacifique) ou encore le « 7ème continent ». Situé entre Hawaï et le Japon, au niveau du Gyre du Pacifique Nord, il mesure 3,43 millions de km² soit l’équivalent de 6 fois la France ou d’un tiers de l’Europe. La profondeur est en moyenne de 10 mètres, mais peut atteindre par endroits jusqu’à 30 mètres. D’après les estimations de l’Agence Européenne pour l’Environnement il contiendrait près de 3.5 millions de tonnes de déchets, ce qui représente 5 fois plus de plastique que de plancton. 

Ce phénomène se produit dans les quatre autres gyres océaniques. C’est ce qu’on appelle les « Continents de plastique ». Contrairement à ce que l’on peut croire, les déchets plastique qui s’y trouvent ne sont pas pour la majorité des macro-déchets mais des micro-déchets, dont principalement des microparticules de plastique. Sous l’influence du soleil, de la houle et du vent le plastique se fragmente en microparticules invisibles à l’œil nu. Elles vont alors rester en suspension à la surface et former une véritable « soupe de plastique ».

« L'image d'un continent sert à sensibiliser le grand public, mais ne rend pas compte de la réalité » François Galgani.

Que faire ?

Les conséquences sur le milieu 

Le « Great Pacific Garbage Patch » est une réelle catastrophe écologique. Le plastique intègre petit à petit la chaîne alimentaire et l’écosystème est perturbé. De plus, les déchets flottants favorisent la prolifération d’espèces invasives. Elles transportent des espèces loin de leur lieu d’habitat d’origine et leur permet de se multiplier dès qu’elles trouvent des conditions favorables. Ainsi, une espèce d’araignée d’eau (l'Halobates sericeus) s’est répandue grâce au 7ème continent. Elles utilisent les déchets afin de pondre leurs œufs. Elle peut être bénéfique pour les espèces qui se nourrissant de cet insecte, mais les araignées sont également un prédateur. En effet, Elles se nourrissent de plancton et d’œufs de poissons. Elles viennent ainsi appauvrir le milieu et perturber l’écosystème.



Le saviez-vous ?

Etude menée par l'Université de Californie à San Diego, publiée par la revue Biology Letters de la Royal Society britannique.

1. Entre 1999 et 2010, la concentration de microplastiques a été multipliée par cent

2. La taille du GPGP a été multipliée par cent au cours des quarante dernières années

3. Pour les satellites elle est invisible depuis l'espace

Contenus associés